SCPI ou FCPI : la différence

La plupart des investisseurs ont tendance à confondre les FCPI et les SCPI. Pourtant, il existe bel et bien des différences notables entre ces deux placements. Comment différencier une SCPI d’un FCPI ? Le point dans cet article.

les FCPI et les SCPI

Définition d’une SCPI

Les SCPI (sociétés civiles de placement immobilier) sont des placements immobiliers dont le fonctionnement est régi par l’AMF (Autorité des marchés financiers). Elles ont pour vocation de se constituer un patrimoine immobilier diversifié, réparti entre différentes zones géographiques de la France et à l’étranger.

Il faut savoir que le principal objectif d’une SCPI est de mieux mutualiser le risque locatif. Chaque année, ces sociétés collectent des fonds afin de distribuer des revenus locatifs (dividende) à leurs associés. En clair, les porteurs de parts percevront les fruits de leurs investissements chaque trimestre et le montant des loyers sera fixé en fonction du montant de souscription de l’épargnant.

La gestion locative des actifs constituant le parc immobilier de la SCPI est confiée à une société de gestion. De ce fait, le souscripteur à des parts de SCPI devra s’attendre à des frais de gestion. La rentabilité est l’un des points forts des SCPI. En effet, le rendement de ce type de placement peut aller jusqu’à plus de 5 %. Toutefois, le capital investi dans ce placement n’est pas garanti.

DÉFINITION D’UNE SCPI

FCPI : Quèsaco ?

De manière générale, un FCPI (fonds commun de placement dans l’innovation) est un investissement qui est composé au maximum de 40 % d’actifs moins risqués (actions, obligations, SICAV et autres placements divers) ainsi que de 60 % (minimum) de placement dans des valeurs mobilières et/ou de parts de SARL (dans des PME innovantes).

Il faut savoir que les FCPI présentent un fort risque de perte en capital par rapport aux SCPI. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle leurs performances sont souvent médiocres sur le marché. Quoi qu’il soit, les investisseurs en quête de « carotte fiscale » sont attirés par les FCPI. En effet, investir dans des sociétés innovantes avec ces derniers laisse la possibilité de bénéficier d’une réduction d’impôt à hauteur de 18 %.

Pour cela, l’épargnant doit déduire 18 % du capital investi de l’année de souscription dans la limite de 12 000 € pour un célibataire et 24 000 € pour un couple soumis à une imposition commune. Par ailleurs, les critères d’éligibilité des OSEO (Banque publique d’investissement) permettent de démembrer et de valider des PME innovantes.

Obtention d’un complément de revenu vs réduction d’impôts sur le revenu

Il est vrai que les FCPI et les SCPI se prononcent presque de la même façon, mais le mode de fonctionnement de ces deux placements est totalement différent. Les SCPI de rendement distribuent des revenus locatifs sous forme de dividende chaque trimestre.

fonds commun de placement dans l’innovation

Elles s’adressent particulièrement aux investisseurs souhaitant se créer un complément de revenus pour la retraite et à ceux qui veulent accéder indirectement à l’immobilier professionnel. De son côté, un FCPI est un produit de défiscalisation permettant aux contribuables de réduire leurs impôts sur le revenu dès l’année de souscription des parts de FCPI.

Une fois que l’investisseur a compris les différences entre ces deux placements bien distincts, il saura comment faire le bon choix au bon moment. Tout dépend de son objectif personnel, s’il souhaite défiscaliser l’IR, un FCPI ou une SCPI fiscale (Pinel, Malraux…) serait le mieux adapté à ses besoins. S’il veut se créer un capital, il convient d’investir dans une SCPI de rendement.