Les SCPI fiscales

Investir dans l’immobilier d’entreprise permet sans aucun doute de percevoir des revenus locatifs intéressants. Grâce aux SCPI (sociétés civiles de placement immobilier), tout le monde peut accéder facilement au marché de l’immobilier professionnel. Il existe d’ailleurs des SCPI fiscales qui offrent plusieurs avantages, notamment fiscaux.

SCPI fiscale : qu’est-ce que c’est ?

D’un point de vue général, les SCPI fiscales fonctionnent de la même manière qu’une SCPI de rendement classique. Le souscripteur doit acheter des parts de la SCPI de son choix et payer des frais de gestion.

Le ticket d’entrée est généralement faible (200 à 1 000 €) et l’épargnant peut souscrire plusieurs parts s’il le souhaite. La gestion locative des actifs est déléguée à un professionnel permettant aux associés d’échapper aux contraintes de gestion (recherche de locataire, entretien des immeubles, perception des loyers…).

SCPI FISCALE QU’EST-CE QUE C’EST

D’ailleurs, l’avantage fiscal offert par les SCPI fiscales est valable dès l’année de souscription (selon le délai de jouissance des parts proposé par la société de gestion). Étant donné que le parc immobilier de ce type de SCPI se compose de différentes catégories d’actifs immobiliers, il permet à un investisseur de diversifier son patrimoine immobilier. En tout cas, il existe différents types de SCPI fiscales sur le marché.

Les SCPI fiscales de 2018

Les SCPI fiscales peuvent être divisées en trois grandes catégories : les SCPI Pinel, les SCPI Malraux et les SCPI de déficit foncier. En investissant dans des parts de SCPI éligible à la loi Pinel, il est possible de bénéficier d’une réduction d’impôt de 12 %, 18 % ou 21 % du capital investi dans la limite de 300 000 € par an.

Le taux de la réduction d’impôt dépend de la durée de détention des parts (6, 9 ou 12 ans) et celle-ci entre dans le plafonnement des niches fiscales de 10 000 €. Un investisseur souhaitant se créer un patrimoine immobilier tout en profitant d’une fiscalité attractive peut souscrire des parts de SCPI Malraux.

Afin de bénéficier d’une réduction d’impôt de 18 %, l’épargnant doit réaliser des travaux d’amélioration ou de réhabilitation dans un immeuble éligible dans le cadre du dispositif Malraux. Il est aussi possible de profiter d’une réduction d’impôt de 30 % sur le capital investi en secteur sauvegardé.

les scpi fiscales de 2018

Le montant des travaux est plafonné à 100 000 € par an ou 400 000 € sur 4 ans et chaque associé s’engage à conserver ses parts pendant une durée de 15 ans. Les gros investisseurs n’hésiteront donc pas à investir dans des parts de SCPI Malraux. Il faut savoir que la SCPI distribue également des revenus locatifs, mais la rentabilité n’est pas toujours au rendez-vous.

Par ailleurs, il est possible de réduire le montant des revenus fonciers en investissant dans des SCPI déficit foncier. Le principe est simple, le contribuable doit acheter des parts de SCPI et déduire les charges de son placement. Il peut d’ailleurs imputer ce déficit de son revenu global avec un plafond d’investissement de 10 700 € (celui-ci peut aussi être étalé sur plusieurs années).

La fiscalité du détenteur de parts dépend énormément de la nature de ses revenus et de sa tranche marginale d’imposition (30 % dans la majorité des cas). Quoi qu’il en soit, l’avantage fiscal n’entre pas dans le plafonnement des niches fiscales.